Espace adhrent
Rester connecté
Centre d’observation économique et de Recherche pour l’Expansion de l’économie et le Développement des Entreprises
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Perspectives économiques et Bilan de l'année

Perspectives économiques et Bilan de l'année

Notre scénario pour l'économie mondiale

• Prévisions à court terme

chaque trimestre, notre scénario à deux ans pour l'économie mondiale, européenne et française

• Perspectives à moyen terme

en mars, l'exercice est étendu à quatre ans et à des enjeux structurels

• Bilan de l'année

en janvier, la synthèse des grands événements et tendances économiques de l'année passée.

Réservé aux adhérents :

connectez-vous ou contactez-nous pour plus d'information.

Perspectives économiques à moyen terme

Une fois par an, en mars, l'équipe conjoncture étend son exercice de prévision pour l'économie mondiale à un horizon de 5 ans. Le dossier des Perspectives à moyen terme comprend un scénario central...

    Perspectives de l'économie mondiale 2017-2021 : une croissance en aller-retour

    - mars 2017

    24/03/2017

    Une croissance mondiale un peu plus vive se dessine à court terme. Associée à la relance américaine, elle fabriquerait les conditions de son retournement dès 2019. Trois points pèseront sur la croissance à moyen terme : fléchissement des croissances potentielles, sortie des politiques monétaires exceptionnelles, retour des mesures protectionnistes. D’ici 2021, les rythmes de croissance seront partout inférieurs à ceux d'avant crise.

    carte mondiale prévisions 2017/2021

    Derrière la relative euphorie que dépeignent les indicateurs de climat des affaires à l’échelle mondiale, les risques macroéconomiques qui s’accumulent pourraient faire caler la petite reprise économique.

    Dix ans après la grande récession, le paysage économique mondial s'est profondément modifié

    • Les rythmes de croissance potentielle ont fléchi partout avec la combinaison du vieillissement, des pertes durables de capital physique et humain durant la crise et la faible incidence du numérique sur la productivité.

    • La sortie progressive des politiques monétaires exceptionnelles dictera en grande partie le tempo du cycle économique. Le levier budgétaire prendra sûrement le relais, mais pour plusieurs économies dont la France, la question clé sera celle de la soutenabilité de la dette publique.

    • Les échanges mondiaux ont ralenti, le monde "rétrécit". Si les barrières commerciales n'ont joué qu'un rôle secondaire dans le fléchissement récent du commerce mondial relativement à la croissance, une nouvelle phase semble s'ouvrir avec des réflexes protectionnistes de plus en plus assumés. Une mauvaise nouvelle pour la croissance potentielle vu les gains d'efficacité-coût associés aux échanges.

    Depuis un an, des risques s'atténuent, d'autres apparaissent

    • Le risque lié à la déstabilisation des producteurs de matières premières énergétiques s'est atténué. Mais d'autres restent bien présents : risque de formation d’une bulle d’actifs alimentée par les banques centrales, accumulation de dettes dans les économies émergentes, ou encore les divergences européennes, accentuées par le Brexit.

    • De nouveaux risques liés à la politique économique américaine et au protectionnisme.
    Une fois l’arme budgétaire déchargée, la croissance américaine pourrait buter sur la combinaison d'inflation, de hausses de taux et d'appréciation (modérée) du dollar qu'engendreraient les mesures protectionnistes et anti-migratoires. La croissance américaine, puis mondiale, pourrait ainsi ralentir dès 2019.

    Ce dossier (75 p d'analyses, tableaux et graphiques) est inclus dans le forfait adhérent, en test gratuit pour les professionnels.

    Sommaire :
    • Faiblesse du commerce mondial et risque protectionniste
    • France : les finances publiques face à la remontée des taux d’intérêt
    • Des divergences européennes persistantes, mais jusqu’à quand ?
    Voir aussi

Perspectives économiques

Chaque trimestre la direction de la conjoncture de Coe-Rexecode présente en exclusivité à ses adhérents ses prévisions à deux ans pour l'économie mondiale et l'économie française. Une fois par an,...

    Perspectives de l'économie mondiale 2017-2018 : un peu plus de croissance mais aussi plus de risques

    - Décembre 2016

    15/12/2016

    Avec les sorties de récession russe et brésilienne et un sursaut américain après une année 2016 médiocre, la croissance mondiale sera plus forte en 2017 mais n'accélérera pas en 2018. Nous modifions peu nos prévisions par rapport à septembre, les inconnues étant encore trop nombreuses, notamment sur l’application du programme Trump. Les risques sur la stabilité financière se sont plutôt accrus.

    Croissance du PIB en volume prévisions Coe-Rexecode Monde France Etats-Unis Zone euro 2017-2018

    Le double mouvement de balancier de la croissance mondiale * s'opérera davantage au profit de l'économie américaine :

    • Le premier mouvement, des pays avancés vers les pays émergents, sera atténué, avec une croissance plus forte aux Etats-Unis.

    • Le second, défavorable à l’Europe, va s’accentuer. Alors que les moteurs d'un accélération autonome de la croissance européenne restent difficiles à identifier, la mécanique récessive post-Brexit semble enclenchée au Royaume-Uni.

    Au total, la croissance mondiale sera probablement plus vive en 2017 qu'en 2016, mais sans accélération en 2018.

    Elle risque surtout de fabriquer les ingrédients qui pourraient la faire flancher en 2019 :

    • Si la normalisation des taux d'intérêt ne fait plus question, l'inconnue reste sa vitesse et son point d’arrivée. Avec le surcroît de croissance attendu aux Etats-Unis, l’activité dépassera son niveau potentiel, ne laissant d’autre choix à la Fed que de remonter ses taux pour tempérer le risque inflationniste. Nous retenons que le niveau des taux à long terme se rapprochera de la croissance nominale américaine, mais pas d’ici la fin 2018.

    • La remontée généralisée des taux est porteuse de risques de déstabilisation financière pour les économies émergentes. Leurs devises se sont déjà dépréciées, leur capacité d'endettement se réduira. Les pays exportateurs de pétrole bénéficieront d’un surcroît de recettes si l’accord de contingentement de la production est bien appliqué. Mais le potentiel de rebond des prix du pétrole reste réduit.

    * Voir nos Perspectives de septembre 2016

    Ce dossier (60 p d'analyses, tableaux et graphiques) est inclus dans le Forfait adhérent : testez-le gratuitement.

    Voir aussi

Bilan de l'année

En janvier, une vision synthétique de l'année économie et financière passée au niveau mondial et régional, complétée par une annexe statistique.Publication réservée aux adhérents...

    Bilan de l’année économique et financière 2016 : résilience et amorce de normalisation

    - Janvier 2017

    10/01/2017

    Depuis 2012, la croissance du PIB mondial s’écarte peu des 3%, un rythme un peu plus faible que sa tendance de longue période. L'année 2016 n'a pas dérogé à cette règle. L'économie mondiale a cependant fait preuve de résilience face aux chocs du Brexit ou de l’élection de D.Trump. L'impact de ces chocs exogènes sera le foyer des principaux risques de 2017.

    Croissance du PIB mondial

    2016 ne marque pas de rupture avec les quatre années précédentes : la croissance économique mondiale a été de nouveau proche de 3%, sous sa tendance longue. Elle donne toutefois quelques signes d’accélération en fin d’année.

    Si elle a un peu déçu, la croissance a résisté au ralentissement modéré de la Chine et à la fragilisation des exportateurs de matières premières. Elle a fait preuve d’une forte résilience aux chocs exogènes (Brexit, élection de D. Trump, référendum italien).

    La croissance mondiale s’est aussi un peu redistribuée au profit des économies émergentes, se modérant en premier lieu aux Etats-Unis.

    • La désinflation mondiale s’est interrompue

    Il est trop tôt pour dire si le mouvement général de baisse des taux à l’œuvre depuis 30 ans est révolu, mais l’année 2016 a connu un point d’inflexion marqué.

    En repli continu depuis 4 ans, les anticipations d’inflation se sont retournées à la hausse, emportant avec elles les taux à long terme. Avec la normalisation progressive des taux directeurs (davantage aux Etats-Unis), le mouvement de hausse des taux pourrait se prolonger.

    La désinflation mondiale semble toucher à sa fin avec la remontée des cours pétroliers. Cela ne signe pas pour autant le retour de l’inflation en l’absence de tensions salariales manifestes.

    • Les échanges mondiaux rétrécissent

    Au-delà des votes de repli dont le Brexit et l’élection de D. Trump peuvent être symptomatiques, c’est le rétrécissement relatif du commerce mondial qui paraît remarquable en 2016.

    La progression des échanges de marchandises a été bien inférieure à celle de l’activité, accentuant un mouvement amorcé depuis 2011. Il serait réducteur d’attribuer ce décrochage au seul protectionnisme, mais il signe la fin d’une étape de la mondialisation marquée par l’ouverture grandissante des économies qui contribué à la croissance des 30 dernières années.

    Table des matières :

    Ce dossier (50 p d'analyses, tableaux et graphiques) est inclus dans le Forfait adhérent : testez-le gratuitement.

    L’économie mondiale en 2016 : entre déception et résilience.
    - Le double basculement de la croissance mondiale.
    - La fin de la désinflation mondiale
    - Une forte résilience aux chocs
    - Etats-Unis : en attendant le sursaut promis.
    - Japon : le yen fort a pénalisé la croissance et le pétrole bas l’inflation.
    - Zone euro : une reprise modeste mais durable, partagée et résiliente.
    - Royaume-Uni : encore peu d’effet visible du référendum sur l’économie.
    - Les économies émergentes toujours au ralenti.

    Les marchés financiers en 2016 : un rebond des matières premières et des taux d’intérêt sans baisse des bourses
    - Marchés boursiers : des divergences de trajectoires entre pays émergents et développés.
    - Taux d’intérêt : la normalisation est amorcée .
    - Changes : une année en deux temps.
    - Matières premières : l’année du rebond.

    Annexes
    - Tableaux.
    - Graphiques.

Actualités

Ne manquez pas