Espace adhrent
Rester connecté
Centre d’observation économique et de Recherche pour l’Expansion de l’économie et le Développement des Entreprises
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Documents de travail > Perspectives de l’économie mondiale 2018-2022: le retour du cycle économique > Perspectives de l’économie française 2018-2022 : une croissance qui reste sous la moyenne européenne

Perspectives de l’économie française 2018-2022 : une croissance qui reste sous la moyenne européenne

- Document de travail N.67, mars 2018

29/03/2018

Le taux de croissance de la France s’établit à 2,0 % en 2017 et devrait se maintenir à un rythme comparable en 2018. En 2019 et 2020, des contraintes d’offre et un environnement mondial moins favorable entraîneront un ralentissement de l’activité. Les réformes adoptées depuis le début du quinquennat devraient toutefois commencer à produire des effets positifs sur la croissance potentielle.

France : PIB en volume et PIB potentiel 1990-2022 (graphique)

Une reprise réelle, un peu décalée par rapport à celle de la zone euro ...

La croissance française a entamé tardivement, fin 2016, un rebond qui lui a permis de se rapprocher de la croissance de la zone euro. Elle a atteint 2% en 2017, et ce rythme devrait se maintenir en 2018. Il resterait toutefois inférieur à la moyenne de la zone euro.

Au delà du contexte mondial favorable, l'activité a surtout été soutenue par la bonne orientation de l’investissement. La consommation des ménages s’est maintenue, grâce à une évolution modérée des prix et à une baisse du chômage. Enfin l’effet stock a été très favorable.

... qui commence à buter sur des contraintes d'offre

La reprise reste limitée dans son ampleur car elle se heurte depuis un an à des difficultés croissantes d’offre. L’insuffisance de capacités de production a stimulé l’investissement productif, et ce dernier tirera encore la croissance en 2018.

Les entreprises font face par ailleurs à des goulots d’étranglement, notamment en termes de délais d’approvisionnement, qui contraignent leur capacité à tirer pleinement parti de la conjoncture favorable. Enfin, les difficultés de recrutement, manifestes dans de nombreux secteurs, vont probablement dans les prochains trimestres nourrir une accélération des salaires. Le fait que le chômage reste élevé suggère une mauvaise adéquation entre offre et demande de travail.

Au-delà des contraintes d’offre enfin, la France risque d’être affectée par le ralentissement de l’activité mondiale que nous anticipons à l’horizon 2020. La croissance française, proche de 2% en 2018, reviendrait à 1,5% en 2019 et 1,0% en 2020, puis remonterait légèrement vers 1,3% en fin de période.

Une politique plus favorable à la croissance potentielle ...

A moyen terme, certaines réformes engagées par le gouvernement devraient permettre d’augmenter le PIB potentiel et le rythme de la croissance potentielle. C’est le cas notamment de la baisse de l’impôt sur les sociétés, ainsi que de la réforme de l’imposition du capital, qui devrait inciter à l’entrepreneuriat. Par ailleurs, les ordonnances modifiant le Code du travail devraient jouer en faveur d’une mobilité professionnelle accrue et soutenir la productivité.

... mais deux problèmes persistent : la compétitivité et la dépense publique

La baisse des parts de marché de la France n’est pas enrayée ( voir La compétitivité en 2017, janvier 2018). La transformation du CICE en baisses de cotisations sociales se traduit par une hausse du coût du travail mêmesi la coexistence des deux dispositifs en 2019 se traduira par une amélioration éphémère du taux de marge des sociétés non financières, et par une rechute temporaire du solde des administrations publiques. Le déficit de compétitivité risque donc de ne pas être comblé d’ici 2022.

Enfin, la baisse de la dépense publique n’est pas amorcée, la diminution du déficit public de 2017 ne s’expliquant que par la conjonction d’une conjoncture favorable et d’une augmentation des prélèvements obligatoires.

Ce document de travail fait la synthèse du dossier (80 p)

Perspectives de l'économie mondiale à moyen terme

présenté aux adhérents de Coe-Rexecode le 15 mars 2018

Actualités

Ne manquez pas