Espace adhrent
Rester connecté
Centre d’observation économique et de Recherche pour l’Expansion de l’économie et le Développement des Entreprises
Page d'accueil > Analyses et prévisions > Synthèse conjoncturelle
synthèse conjoncturelle (couverture)

Synthèse conjoncturelle

L'essentiel de la semaine

Chaque semaine pour nos adhérents, une analyse synthétique des faits et chiffres marquants de la conjoncture mondiale.

Publication réservée aux adhérents. En savoir plus.

Si vous êtes adhérent, connectez-vous pour avoir accès à plus d’informations.

Si vous souhaitez vous renseigner sur les modalités d’adhésion, contactez-nous.

Petit ralentissement de la production industrielle mondiale, l'Argentine sous pression

- Synthèse du 10 au 15 mai 2018

15/05/2018

Taux de change dollar/peso argentin

La production industrielle mondiale a de nouveau enregistré un petit ralentissement en mars, corroborant le diagnostic d’un ralentissement du cycle mondial, dont la croissance en 2016 et 2017 a été largement liée à celle de l'industrie.

S'il ne concerne pas la Chine, dont la production a encore augmenté de 7,0% en avril, ce ralentissement est manifeste en Europe. Malgré un léger rebond en mars, grâce notamment au dynamisme de l'Italie et de l'Espagne, un pic a été passé. La croissance de la zone euro décélère aussi, à 2,5% l'an au 1er trimestre.

Les marchés obligataires reflètent l'écart naissant entre cycles américain et européen. Au sein de la zone euro, l'incertitude politique en Italie se voit peu dans les écarts de taux. En revanche, les fragilités des émergents sont exacerbées avec les difficultés rencontrées par l’Argentine qui a vu sa devise perdre 19% de sa valeur contre le dollar.

La nervosité des investisseurs s'accroit, les marchés émergents entrent en zone de turbulences

- Synthèse du 2 au 9 mai 2018

09/05/2018

Taux de change euro / dollar

Le réajustement de la parité euro/dollar se poursuit à un rythme particulièrement rapide depuis avril. Elle traduit aussi bien les écarts de taux et de politique monétaire entre la zone euro et les Etats-Unis, que la coloration des derniers indicateurs d’activité.

Aux Etats-Unis, le renforcement des tensions sur le marché du travail se confirme, avec un taux de chômage passé sous les 4%. En zone euro, à l’inverse, la croissance du 1er trimestre (1,8% l’an en première estimation) serait la plus faible depuis l’été 2016.

Face à ces divergences et aux nouvelles tensions liées à l'Iran, la nervosité des investisseurs s'accroît, particulièrement aux dépens des économies émergentes. Le ratio entre indices boursiers des économies émergentes et développées est au plus bas depuis début 2016.

Actualités

Ne manquez pas